Publié le

Viticulture: "la Commission menace-t-elle les appellations?"

AssetCAQ3AIJT.jpg
© European Union 2010 PE-EP

Contexte: Après que le Parlement ait sauvé le système de régulation du potentiel de production viticole (droits de plantation), la Commission devait modifier le processus en vigueur d'autorisation de plantations. Mais la réforme, en cours d'élaboration, inquiète tout particulièrement Franck Proust. Il a saisi le Commissaire européen à l'agriculture, Dacian Ciolos. Voici quelques extraits du courrier:

"Je suis profondément inquiet de la tournure que prend l'application du nouveau système d'autorisation de plantations"

"Nous nous sommes battus au Parlement européen pour que les vignerons n'aient pas à souffrir d'une libéralisation qui était pourtant programmée  Et je suis fier de m'être mobilisé aux cotés des viticulteurs dès mon entrée au Parlement européen. Aujourd'hui, les vignerons des zones d'appellation s'inquiètent.  Ils sont exaspérés par ce manque flagrant de stabilité de la législation européenne."

"Devenir professionnel du vin ne s'improvise pas. Cela demande une longue expérience, une sensibilité particulière et beaucoup de sacrifices. Et dans les zones d'appellation, leur activité est encore plus encadrée."

"Cette application, telle qu'elle s'élabore, est aux antipodes de la volonté majoritaire du Parlement européen de faire primer la qualité face à la quantité.  Alors, Monsieur le Commissaire, je vous le demande: écoutez les professionnels de notre continent! Ce qu'ils veulent, c'est éviter à tout prix que le nouveau système  ne déstabilise les filières de qualité. Je partage leurs revendications: empêcher le contournement du système de régulation et mieux définir le détournement de notoriété."

Franck Proust a également informé les syndicats des appellations de tout le Sud-Ouest et des Côtes du Rhône de sa mobilisation: " Je me bats pour une Europe qui agit, mais surtout une Europe qui protège. C'est pour cela que je fais de cette affaire une priorité et que je resterai mobilisé jusqu'au bout!"

Affaire à suivre début avril, moment qu'a choisi la Commission pour proposer officiellement ses textes d'application.