Vous êtes ici: Accueil > Europe > Tribune Terrorisme
Publié le

Terrorisme : pas de liberté sans sécurité

Retrouvez ci-dessous la tribune publiée par Rachida Dati aujourd'hui dans le Figaro, intitulée "Terrorisme : pas de liberté sans sécurité".

Cette tribune, cosignée par 18 autres députés européens, est conjointement publiée dans le quotidien britannique « Daily Telegraph ».

La députée au Parlement européen préconise avec dix-huit autres élus de cette assemblée une mise en commun à l'échelle européenne de la collecte des données des compagnies aériennes afin de mieux lutter contre le terrorisme. C'était le mois dernier. Nous assistions horrifiés à des actes innommables qui ont frappé en plein jour les rues de Paris. Il y a moins de deux semaines, Copenhague était elle aussi touchée.

Face à ces drames, des débats animés ont eu lieu sur la défense de nos valeurs et de nos peuples contre ces attaques. Nous pensons qu'ils sont les deux côtés de la même médaille. Internet et la facilité avec laquelle il est aujourd'hui possible de voyager à travers le monde ont transformé le terrorisme. Penser que les nations peuvent y faire face seules, chacune de son côté, est une erreur d'appréciation face à la menace qui nous guette. Cette menace est mobile, complexe et entraînée. Pire encore, cette menace est intérieure. Pas moins de 3 000 Européens radicalisés et militairement entraînés sont recensés, ayant potentiellement l'intention de revenir sur le sol européen et d'exploiter les déficiences de nos systèmes répressifs pour commettre des actes terroristes.

Si nos partis peuvent avoir, parfois, des positions divergentes, nous partageons un objectif commun : celui d'assurer la sécurité de nos concitoyens et de mettre fin à la radicalisation de jeunes Européens. Les attaques à Paris et Copenhague étaient des attaques contre la liberté. Mais cette liberté doit être défendue en assurant la sécurité de nos nations. Sans sécurité, pas de liberté.

Nos gouvernements respectifs, pourtant de couleurs politiques différentes, ont été unis dans la lutte contre le terrorisme. En septembre dernier, David Cameron s'est exprimé avec force sur la nécessité de lutter contre la radicalisation, en proposant notamment la confiscation de passeports. En novembre 2014, la loi Cazeneuve a instauré une interdiction de sortie du territoire lorsqu'un candidat au djihad est identifié.

Depuis 2008, le Royaume-Uni a mis en place un système de collecte des données des passagers. En France, un système similaire sera opérationnel à compter de septembre 2015. Mais dans un monde globalisé, ces réponses nationales sont insuffisantes. Conscients de cette asymétrie, nos deux gouvernements, britannique et français, ont été les principaux promoteurs d'une réponse européenne coordonnée et forte.

L'instrument le plus urgent que nous devons adopter est ce que l'on appelle le PNR, pour Passenger Name Record. Tout individu réservant un vol fournit des informations à partir desquelles il est possible de détecter des parcours suspects de potentiels terroristes ou de dangereux criminels. La collecte et l'échange des données des compagnies aériennes seraient très précieux.

Parce que seulement quelques pays ont ou auront prochainement un système PNR, les terroristes profitent des lacunes engendrées par des systèmes uniquement nationaux. C'est pourquoi le député conservateur britannique Timothy Kirkhope est chargé au Parlement européen de faire des propositions pour aboutir à un accord sur un PNR européen. Les députés UMP ont toujours soutenu son travail.

De même qu'il n'y a pas de liberté sans sécurité, il ne peut y avoir de sécurité sans liberté. Un accord sur le PNR européen mettra en place des garanties importantes de protection des données et de la vie privée. Le stockage des données sera strictement limité dans le temps, une supervision indépendante de l'utilisation des données sera mise en place et le PNR européen réduira significativement le profilage. Il est donc regrettable que les groupes socialiste et des libéraux au Parlement européen n'aient pas soutenu davantage le système PNR opposant, en substance, que la sécurité devrait toujours passer après le respect de la vie privée. Pour nous, les deux peuvent et doivent être traités sur un pied d'égalité.

Le PNR est-il pour autant le remède miracle ? Non, et nous n'avons jamais dit qu'il l'était. Le PNR est une pièce essentielle du puzzle. Même en l'absence d'un système PNR à l'échelle européenne, les données PNR ont déjà permis de sécuriser nos frontières et de protéger nos concitoyens des pédophiles, des trafiquants d'êtres humains et de meurtriers. Elles ont joué un rôle important dans l'arrestation des responsables des attentats de Londres et ont contribué à 95 % des saisies de drogues en Belgique et à 85 % en Suède.

Reste qu'une fois le PNR européen mis en place, beaucoup de choses resteront encore à faire. Nous devons nous intéresser aux programmes de déradicalisation, à la manière d'utiliser au mieux les données financières pour remonter aux sources du financement du terrorisme et mieux échanger les informations contenues dans les casiers judiciaires pour arrêter les criminels quittant et venant dans nos pays.

À dix ans d'intervalle, le terrorisme a frappé au coeur le peuple britannique et le peuple français. À nous, leurs représentants au Parlement européen, de prendre les mesures nécessaires pour protéger nos citoyens sans remettre en cause notre modèle fondé sur les libertés civiles. Aujourd'hui, plus que jamais, nous sommes prêts à prendre nos responsabilités pour assurer notre sécurité et donc notre liberté. Nous ne pouvons-nous permettre d'attendre plus longtemps !

Cette tribune est conjointement publiée dans le quotidien britannique « Daily Telegraph ». * Liste des 18 autres députés européens : Michèle Alliot-Marie, Françoise Grossetête, Philippe Juvin, Jérôme Lavrilleux, Constance Le Grip, Renaud Muselier, Franck Proust, Nadine Morano (UMP - PPE) et Timothy Kirkhhope, Ashley Fox, Dan Dalton, Ian Duncan, Jacqueline Foster, Victoria Grace Ford, Julie Girling, Andrew Lewer, Anthea McIntyre, Geoffrey Van Orden (Parti conservateur britannique - ECR).

 

blocHD_TER.jpg