Publié le

L’Indépendant: « Aides aux aéroports régionaux, dont Carcassonne : l’Europe assouplit sa position »

Ce jeudi matin, la commission européenne vient de publier les nouvelles lignes directrices sur les aides publiques en faveur des aéroports et des compagnies aériennes. On se souvient que l’aéroport de Carcassonne fait l’objet d’une enquête depuis avril 2012, comme dix-huit aéroports européens.

La commission européenne passe aux cribles les subventions accordées à l’aéroport par les collectivités locales et les accords passés avec la compagnie Ryanair.Si le résultat de cette enquête n’est pas encore publié, les nouvelles règles prises par Bruxelles paraissent favorables pour le fonctionnement des aéroports régionaux, (moins de 3 millions de passagers par an) qui vont bénéficier d’une « période transitoire de dix ans, sous certaines conditions, afin de laisser aux aéroports le temps d’adapter leur modèle d’entreprises ». Des dispositions supplémentaires pourraient être prises pour les infrastructures enregistrant moins de 700 000 passagers par an (c’est le cas de Carcassonne), avec un délai supplémentaire de cinq ans.

A SAVOIR « On est parti de très loin », avoue Franck Proust rappelant que les plateformes du Languedoc-Roussillon représentent plus de 7 500 emplois et plus de 400 millions d’euros de retombés économiques. Il y a un an, la Commission européenne était montée au créneau contre le modèle économique de ces aéroports régionaux « sous perfusion publique ». Selon Bruxelles, en plus d’être déficitaires, ils étaient « dépendants des aides publiques pour attirer les compagnies low-cost sur leur tarmac ». Mais pour le député européen, « c’est d’autant plus une bonne nouvelle que le secteur craignait que le seuil soit fixé à 200 000 passagers », comme initialement prévu. « Cela aurait mis en difficulté de nombreuses plateformes », martèle-t-il. Garantir l’accessibilité d’une région La Commission estime dans ses nouvelles règles que les aides d’État en faveur des investissements dans les infrastructures aéroportuaires sont autorisées s’il existe un réel besoin en matière de transport, et si l’octroi d’une aide publique est nécessaire pour garantir l’accessibilité d’une région. Ces lignes directrices « garantiront une concurrence équitable quels que soient les « business models » des différents acteurs, depuis les compagnies nationales de transport aérien jusqu’aux compagnies aériennes à bas coûts, et des aéroports régionaux aux grandes plateformes aéroportuaires », a souligné, hier, dans un communiqué le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia.

Source: L’Indépendant, 20 et 21 février 2014.